Champagne Denis Chaput

Le terroir

Comment décrire le terroir de la Côte des Bar ?   Il faut imaginer un mille-feuille de pierres calcaires et d’argile. L’argile est la crème et le calcaire la pâte feuilletée.   Et autant vous dire que tout cela ne date pas d’hier ! En Champagne, sous nos pieds, il y a 150 millions d’années, dans une mer chaude, vivaient huîtres, moules, escargots de mer. Pour les puristes, nanogyra virgula, pholadomies, ammonites… Pourquoi parle-t-on de coquillages et crustacés ? Non pas pour l’accord mets/vins, mais parce que c’est ce que l’on retrouve dans nos sols et c’est de cette vie passée que nos vignes se nourrissent aujourd’hui.   Bref, le vignoble de la Côte des Bar s’épanouit sur un sous-sol Kimmeridgien !

Une tradition millénaire

Difficile de savoir depuis quand il y a de la vigne à Arrentières… Une chose est sûre, c’est qu’au XIIIème siècle, la vigne y était déjà cultivée. Plongeons nous dans la Grande Histoire et les archives…   Depuis le milieu du XIIème siècle, une maison templière est établie à « Arenthieres ». En 1312, sous pression du roi de France, Philippe le Bel, le pape Clément V dissout l’Ordre des Templiers. A cette occasion, un inventaire de leurs possessions est établi. On peut y lire que les templiers possèdent des vignes à Arrentières qui « rapportent 35 muids les bonnes années » (Un muid est un tonneau).   Depuis, la vigne y a toujours été exploitée… au gré des aléas de l’histoire bien sûr !

L’histoire familiale

Quittons la Grande Histoire pour la petite… celle de notre famille. Le premier vigneron à porter le nom de Chaput s’est installé à Arrentières en 1862. En 1878, il avait déjà son pressoir. Notre premier champagne date du début des années 1930, la « Cuvée des Rochottes ». La tradition se perpétue jusqu’à aujourd’hui.

Notre vignoble

Après l’histoire et la géologie, place à la géographie !   Notre vignoble se trouve au plus près de notre cuverie. C’est une chance car les raisins voyagent très peu et arrivent au pressoir fraîchement coupés !   Nos 26 parcelles sont toutes différentes. Exposées sur des côteaux orientés Sud-Est à Ouest, avec des pentes allant de 5 à 20 %, leur sol est plus ou moins caillouteux, profond et riche en argile. Bref, elles ont chacune leur caractère et donneront des vins uniques.